Indépendants vous êtes morts : sortez la “tête du guidon” pour voir la réalité

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les petites entreprises (principal employeur de France) ont plusieurs poids à leurs semelles :

- la complexité du code du Travail,

- la folie normative française (en sus de celle imposée par Bruxelles),

- et surtout….. le poids invraisemblable des charges et taxes diverses.

La réforme du code du travail seule ne changera strictement rien à l’emploi si elle n’est pas assortie d’un allègement des normes et surtout des charges.

Si Gattaz parle du poids des charges, par contre il ne parle pas de l’égalité des cotisations car là où les grands groupes ne payent que 8 %,  les TPE/PME sont asséchées jusqu’à la moelle.

Diminuer les charges des petits patrons et augmenter d’autant celles des grands groupes serait la solution, mais de ça personne ne parle.

Il avance que 45 % du patronat est en faveur de cette loi, et par conséquent la majorité du patronat est contre.

Quand on voit que les millions du CICE ont servi au grand patronat à rémunérer leurs actionnaires, il y a de quoi être écœuré, et qu’ont eu en retour les travailleurs et le petit patronat : rien, que dalle !

Triste réalité, et pour espérer la moindre amélioration de cet état de fait il faudrait pouvoir compter sur la prise de conscience des indépendants.

Mais comme leur nom l’indique ils sont indépendants, donc pas facile de leur faire comprendre

- qu’il faut de la solidarité entre eux,

- qu’ils doivent apprendre à mettre leur mouchoir sur les méfiances dans une même corporation,

- qu’ils doivent arrêter de regarder leurs confrères seulement comme des concurrents qui veulent les descendre,

- qu’ils doivent se forcer à parler avec leurs clients, leurs salariés, leurs voisins, leurs confrères ,

- et surtout qu’ils finissent par comprendre qu’il faut être solidaires et se mobiliser.

On le sait, les artisans, les commerçants, passent la majeure partie de leur temps tellement “la tête dans le guidon” pour tenter de s’en sortir, qu’ils sont persuadés d’être les seuls à galérer.

Ils culpabilisent pensant que si leur boite va mal c’est surement parce qu’ils s’y prennent mal … vu que les autres ne disent pas qu’ils vont mal aussi !

Et puis, il y a la honte de reconnaître qu’on est en galère … ou la fierté de ne pas vouloir s’avouer dépassé par la situation.

Pourtant on croit tous qu’on verra le bout du tunnel, et c’est pas faute d’y passer des heures et des heures, pour au final en tirer à peine de quoi vivre et finir par s’en rendre malade et assister impuissant à l’explosion de sa vie familiale.

La vie de l’indépendant en fait ce n’est pas l’indépendance mais une prison …

Il faut trouver ensemble les bons outils pour couper les barreaux !

La descente aux enfers

La descente aux enfers

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »